Poem - Ode à Dionysos

Je cueille ce qui s’offre et arrache ce qui résiste.
Je me glisse dans ce qui est craint. Et impose ce qui, du dedans, réclame sa part.

Sur le bord des anfractuosités, sur le seuil des abîmes,
je suis la tension qui comble le vide.

J’unis l’ombre à la lumière.
Je suis l’étreinte dans le doute.
L’abandon dans la retenue.
L’étau de la douleur dans l’extase.

Je réduis la béance des bouches affamées
jusqu’à ce que les dents se cognent dans la morsure du désir.

Dans les cris de l’offrande, je ne retiens que la substance d’immortalité.

Je suis l’immoralité de l’âme et les peurs ne passeront pas
dans le tamis serré de l’urgence de vivre.

Ici et maintenant, il n’y a que moi,
vie sauvage, éclatée dans les fracas de sa splendeur.

Prochaines activités

Oct 31

Danser les Accords Toltèques

31 octobre à 19:00
2 novembre à 17:30

Partages récents

Catégories