Poem - Terre de Vie (Nautilus)

Telle que possédée, je suis.
Telle que créée, je suis.
Telle que laissée, je suis.

Je porte dans la profondeur des gouffres insondables,
L’empreinte des temps immémoriaux.

J’expose sans pudeur les fresques telluriques des tremblements intérieurs.
J’offre le dénuement de l’intimité sous les toisons obscures.

Je laisse voir les traces de tous ceux qui ont piétiné mes flancs,
Qui ont pétri mes chairs,
Arraché mes entrailles en lambeaux.
Qui ont forgé mon âme.

Je m’offre à qui me foule, me pénètre, me brûle, me dévore.
Au premier, comme au dernier.
Car, de tous, le suis la mère.

De mes blessures, je fais sourdre les réponses à la soif.
Mes sillons sont féconds des désirs les plus fous.
Mes orgasmes sont fruits de Paradis.

De la colère de Zeus, j’érige mon Himalaya.
Des excès insensés je tapisse les déserts.
Dans ma poussière dansent les pétales du rêve.
Mon silence résonne de l’écho des secrets.

Immense de mes dons,
Impitoyable de mes retraits,
Je porte la vie,
J’accueille la mort.
Je donne tout et tout, je reprends.
Dans l’infini retour des cycles,
Je suis Une.

Je suis la Terre.

Évènements à venir

dim 17

Transe & Regressione

16 février à 13:00
17 février à 18:00
mer 20

Formation des Didacticiens II

20 février à 14:00
24 février à 17:00
Mar 15

Contato & Carícia

15 mars à 19:00
17 mars à 17:30

Partages récents

Catégories