J’aime la Biodanza

La nature essentielle de l’humain est l’éternelle célébration de la vie. Cet état lui révèle une vision illuminée de lui-même et du monde.

Rolando Toro Araneda

Article - J'aime la Biodanza (Ammonite prehistoric fossil)

Je considère la Biodanza comme une proposition avant-gardiste de développement humain. Et tout à la fois, tellement en résonance avec ce qu’il y a en nous d’éternel, de primordial ! Elle nous invite à une relation tangible, concrète à notre environnement social et naturel. A une relation qui se fonde sur la réhabilitation du rapport instinctif et affectif, par le mouvement dansé, à tout ce qui vit, en dehors de toute idéologie.

Elle prône l’expérience, la connaissance immédiate du fait vécu, ici et maintenant et qu’elle nomme « vivencia ». Je sais parce que je sens; je sens parce que je bouge; je bouge parce que je vis. Dans cette approche, la danse devient mouvement expressif plein de sens. Mouvement vital allant dans le sens de la vie, de sa conservation, de sa protection, de sa valorisation, de sa célébration.

Les gestes de « l’être-au-monde au quotidien » deviennent l’alphabet de cette danse.

Donner, recevoir, demander, refuser, offrir, se danse.
Protéger, bercer, s’abandonner, s’élancer, s’emporter, se danse.
Contempler, voir et être vu, s’exposer, se passionner, se positionner, se fondre, s’affronter, se danse.
Entrer en soi, se poser, prendre le temps, s’accueillir, s’aimer, se danse.
Séduire, jouer, lutter, marquer son territoire, créer ensemble, innover, adorer, vénérer …tout se danse.

L’hypothèse est que ce qui se danse émeut et possède une action transformatrice bien plus accessible et facile que toute élaboration mentale. Qu’à partir de l’expérience profondément ressentie du mouvement – porté par des musiques soigneusement sélectionnées en fonction d’une sémantique musicale appropriée, intégrée à l’émotion et au contenu symbolique – se dessine une conscience de soi, de l’autre et du monde d’une rare intensité.

Sur la base des recherches menées dans des domaines tels que l’anthropologie, les neurosciences, la biologie, la sociologie, la psychologie, la musicologie, ainsi que sur la base des philosophies qui promeuvent le respect de la vie, des droits humains et du plaisir de vivre, la Biodanza possède une méthodologie structurée pour que ces concepts deviennent des expériences réelles, des incorporations à la fois accessibles et intenses, et qu’ils s’intègrent dans le quotidien. Afin que percevoir, sentir et penser ne forment qu’une seule unité : agir. Cette unité représente, dans la Biodanza, le concept d’intégration, par opposition à celui de dissociation.

La dissociation est entendue ici, non pas dans le sens de la différenciation évolutive. Elle se traduit plutôt par une sorte de morcellement ou d’incohérence existentielle, avec toutes les conséquences néfastes que cela peut avoir sur l’expression de l’identité. Pris dans ses dissociations, l’être humain sent une chose, en désire une autre, en pense encore une autre, et agit dans une totale incohérence avec ses besoins profonds. Il devient aliéné (coupé du lien authentique, mature et adulte avec lui-même et avec les autres)

Le processus d’intégration est entendu comme un retour à l’unité équivalant à la « santé existentielle ». Or, c’est précisément dans ce sens qu’agit la Biodanza et, à ce titre, elle présente une action à la fois prophylactique et éducative. Elle propose, par une action globale à partir de la danse et dans des situations de mise en relation dans un groupe, un processus de réhabilitation existentielle, permettant à la personne de s’ouvrir à plus de bien être dans son quotidien. L’expérience globale d’une sorte de « bien-être » cellulaire, organique, (l’humeur de fond) contribue à changer le regard que la personne a sur elle-même, les autres et la vie. Avec ce changement de regard, peut survenir une forme de réorientation existentielle et surgir un sens profond du simple fait d’être vivant.

Pour cela, le point de départ de la Biodanza n’est pas le diagnostic de l’état de dissociation ou l’identification des blessures, des souffrances et autres traumatismes qui auraient pu obstruer le processus d’expression de l’aptitude naturelle à l’épanouissement et au bonheur dans la vie.

Son point de départ est l’identification, par la personne elle-même, de ses dispositions et de ses motivations à savourer la vie, de ses propres sensations de bien être, de plaisir, de passion, de création et de besoin du lien. Par la personne elle-même, dans la mesure où la Biodanza ne dicte pas de comportements, mais offre la possibilité de l’exploration. Si cette exploration se fait par la « vivencia » telle que décrite plus haut, sa colonne vertébrale est la relation au semblable, le renforcement et l’épanouissement du génie de l’espèce humaine qu’est l’affectivité.

Dans un contexte de profond respect des mécanismes biologiques, physiologiques et psychologiques qu’impliquent les mouvements et la réponse émue à la musique, des propositions individuelles et collectives actualisent les potentiels humains élevant la sensation d’être pleinement soi-même avec les autres. L’identité de l’un se révèle dans le rapport immédiat à l’identité de l’autre, car la connaissance de soi est contemporaine de la connaissance de l’autre.

Évènements à venir

ven 14

Inconscient Vital & Principe Biocentrique

14 décembre @ 20:00 - 16 décembre @ 17:30
Fév 01

Définition & Modèle Théorique (Bourgogne)

1 février 2019 @ 19:30 - 3 février 2019 @ 17:30
Fév 20

Formation des Didacticiens II

20 février 2019 @ 14:00 - 24 février 2019 @ 17:00

Partages récents

Catégories

Les sentiments d’amitié, de sympathie, la découverte des affinités, la capacité d’empathie, le soin à soi et à l’autre, le respect de la diversité, de la dignité humaine comme de tout ce qui vit, constituent, pour la Biodanza l’expression intégrée de l’intelligence de l’espèce. Ils ont pour base le socle formé par le système des instincts et sont en lien étroit avec les structures affectives plus récentes dans l’évolution de l’espèce. Instincts d’autoconservation, de protection de l’environnement et des relations affectives ne font qu’un et sont au service de la vie.

Danse de la vie, la Biodanza est une affirmation, une exaltation de la puissance tout autant que de la douceur à être; du plaisir de vivre tout autant que de la responsabilité à prendre soin de la vie. Elle est un retour à la source même de la danse, expression première de la quête de l’être humain aspirant à trouver sa place dans l’ensemble de la création qui – quelles que soient les avancées de la science, les croyances et les crédos – restera toujours une expérience mystérieuse, car jamais écrite à l’avance, mais se créant dans le ici et maintenant de la relation corporelle, sensorielle et sensuelle au monde. Elle est aussi l’expression d’un besoin de notre être au monde ensemble. Pour cette raison, elle se pratique en groupe.

Ainsi, cette forme de danse n’est ni représentation, ni imitation, ni prouesse physique, ni mise en scène, ni recherche conceptuelle, ni danse libre.

Elle est plus qu’un outil chorégraphique, plus qu’un travail sur soi. Elle est la manifestation de l’être légitimé par son mouvement vital, par son élan, par son désir, par son appel, par son intensité vibratoire en résonance avec tout ce qu’il y a de vivant, d’émouvant et d’intense dans son rapport à ses semblables, à son imaginaire, à ses représentations du monde et de la vie. En résonance avec les potentialités inscrites, dès la conception, au cœur du patrimoine génétique, propres à chaque être humain et qui attendent de rencontrer des circonstances environnementales favorables pour s’exprimer. En résonance avec les forces de la nature. Comme la semence attend la pluie et la lumière du soleil pour germer, grandir et porter des fruits.

Cette forme de danse ne requiert aucune connaissance particulière en expression corporelle, ni de dispositions spéciales. Car l’art auquel elle initie ceux qui la pratiquent c’est l’art de vivre. Le plus significatif de tous les arts. Elle se tisse du lien sensible entre l’éthique de l’affectivité et l’esthétique de la beauté des choses naturelles.

Des personnes de tous les âges, de toutes origines socioculturelles, des personnes porteuses de nécessités spéciales (handicapés moteurs, mentaux, malades Parkinsoniens, non voyants, etc.) peuvent pratiquer la Biodanza un peu partout dans le monde depuis à présent près de 50 ans.

Elle a été créée, modélisée, organisée par le chilien Rolando Toro Araneda (anthropologue, psychologue et chercheur en créativité et états de conscience). Elle est enseignée par des facilitateurs dont la formation dure 4 ans (trois années de formation et une année de supervision avec présentation d’un mémoire). Les diplômes sont décernés par la Fédération Internationale de Biodanza (IBF).

Selon la définition académique, la Biodanza est un système d’intégration affective, de renouvellement organique et de réapprentissage des fonctions originaires de vie. Ce système se fonde sur des « vivencias » induites par la danse, le chant et des situations de rencontre en groupe. Elle utilise des musiques puisées dans le patrimoine universel de la création musicale, en fonction des objectifs des exercices proposés.

Dans son approche sensible, elle se définit comme une « poétique de la rencontre humaine ».

Évènements à venir

ven 14

Inconscient Vital & Principe Biocentrique

14 décembre @ 20:00 - 16 décembre @ 17:30
Fév 01

Définition & Modèle Théorique (Bourgogne)

1 février 2019 @ 19:30 - 3 février 2019 @ 17:30
Fév 20

Formation des Didacticiens II

20 février 2019 @ 14:00 - 24 février 2019 @ 17:00

Partages récents

Catégories

2018-08-23T19:39:19+00:00